.










.

2010/01/01

Recherches bibliographiques sur Tupai (Motu-iti)

Notes à organiser,; version provisoire

Il y aurait trois "motu iti" en Polynésie Française, ce qui a entrainé quelque confusion dans les vieux écrits.

Motu-Iti ou Hergest ou les Deux Frères ; Ilôt inhabité,dont les environs sont très poissonneux.

In: 1866. Notices sur les colonies françaises : accompagnées d'un atlas de 14 cartes  publié par ordre de S. Exc. le marquis de Chasseloup-Laubat, ministre secrétaire d'Etat de la Marine et des colonies. Ministère de la marine et des colonies, Éditeur : Challamel aîné (Paris).

Motu Iti 16° 17' latitude, 154° 30' longitude, inhabitée, — Cette île est aussi désignée par les Indiens sous le nom de Tupai. Elle est exploitée par un négociant européen établi à Bora bora et produit 80 tonneaux d'huile de coco environ.

Selon Wiki:
Motu Iti, également appelé Hatu Iti ou Kikimai1, est un ensemble de petits îlots inhabités du groupe nord de l'archipel des Marquises, en Polynésie française. Il est situé à environ 42 km à l'ouest de Nuku Hiva auquel il est administrativement rattaché.
Motu Iti est un ensemble de deux îles principales flanquées de quelques petits îlots rocheux. Celles-ci sont inhabitées et constituent un important site de nidification ornithologique et de refuge pour des espèces endémiques. La première mention de Motu Iti par les Occidentaux a été faite par le navigateur français Étienne Marchand en 17911. Il nomma les îlots les « Deux frères » peut-être en souvenir des deux affleurements rocheux situés près du cap Sicié dans les parages de Toulon, région dont il était originaire1. L'île a peut-être été vue deux mois avant par l'Américain Joseph Ingraham, qui l'aurait nommée « Franklin Island », mais il n'est pas possible de savoir s'il s'agissait de Motu Iti ou de la côte nord de Nuku Hiva, qu'il aurait pris à tort pour une nouvelle île.

Référence.
Mémoire de pierre, mémoire d'homme [archive] de Michel Julien, Catherine Orliac, Michel Orliac, Publications de la Sorbonne, 1996, (ISBN 9782859442989), p.273.


Raiatea est Tamatoa, second fils de la reine Pomare. Il réside ordinairement à Papeete, et est représenté dans son royaume par un régent, Tahitoo. Tamatoa est incapable de gouverner et vit dans la plus ignoble débauche. Deux missionnaires de la Société des Missions de Londres président à Raiatea-Tahaa. L'un est à la tête d'un collège construit pour unecentaine d'étudiants. On y reçoit des indigènes qui, dès qu'ils ont achevé leurs études, se dispersent pour aller porter l'Évangile dans les diverses îles de la Polynésie.C'est de ce collège que sortent la plupart des missionnaires indigènes que
l'on rencontre dans les différentes îles. Les jeunes gens de Tahiti se destinant à la carrière ecclésiastique s'empressent de demander à y aller. Les missionnaires européens de Raiatea et de Tahaa vont de temps en temps faire des tournées dans tout l'archipel des Iles-sôus-le-Vent. La Mission de Londres envoie tous les ans un grand bâtiment chargé de tenir ses missionnaires en communication avec l'Australie et l'Angleterre.

Le 30 septembre 1842, le pavillon du protectorat (deux bandes rouges encadrant une large bande blanche longitudinale cantonnées des couleurs françaisesen forme de yacht), fut arboré sur l'Ilot de Motu-Iti à l'entrée de la rade de Papeete. Il y a donc un autre motu dénommé "motu iti".


1791–1792 Hergest, Richard. British navy. Daedalus.

Richard Hergest, who sailed on two of Cook’s voyages, was born about 1754, Richard Hergest went to sea on HMS Augusta. He joined as an ordinary seaman and spent three months before becoming a midshipman, in which capacity he spent another three months. He then transferred to Marlborough as an Able Seaman (AB) for seven months. Hergest joined Cook’s second voyage on Adventure on 16 December 1771 from Marlborough. He sailed as an AB until 2 January 1773, when he became a midshipman. He kept a journal from 13 July 1772 to 12 July 1774 (ADM 51/4522/13). Hergest does not feature in the official record of the voyage. After his return to Britain, he saw service on Ramillies and Dublin. Hergest then signed on for Cook’s Third Voyage. This time he sailed on Resolution. He joined the ship as an AB on 10 February 1776. The ship’s muster records him as 22 years old from London. He became a midshipman on 12 March and remained so until 1 November 1776. He then became an AB again until 24 August 1779 when he reverted to being a midshipman. Hergest was strongly affected by Cook’s death and attempted to take some revenge by shooting Koa, the priest, but his pistol misfired. After the voyage, Hergest became a lieutenant in December 1780.