.










.

2011/04/28

Les cocotiers nains "Compacts" verts et bruns

Nain Brun Compact de Raiatea
Dans les jardins de Polynésie Française, on observe un grand nombre de cocotiers nains verts et bruns présentant des caractéristiques communes. Leurs troncs sont  massifs et épais, avec un bulbe basal très marqué pour un nain. Les feuilles, courtes et rigides, portent de larges folioles d’une sombre couleur verte. Celles-ci, se recouvrant l'une l'autre, laissent passer peu de lumière. Sur un arbre dont on n'a pas coupé de feuille, il est difficile d'apercevoir les fruits. La croissance en hauteur étant très faible, de l'ordre de 20 cm par an, le stipe reste longtemps masqué par les feuilles. En Polynésie Française, les fruits sont de forme et de taille très variables; il existe sans nul doute plusieurs variétés se distinguant par la morphologie des fruits et des fleurs, mais le travail de caractérisation de ces différents types reste à accomplir.
Ces cocotiers nains sont particulièrement appréciés en Polynésie française.

Nain vert aux fruits allongés à Tahiti
Leur tronc épais et leur croissance très lente offre une bonne résistance au cyclone et une grande facilité de récolte. La qualité de l'amande est appréciée pour les préparations culinaires traditionelles. Plusieurs personnes, voyant ces nains pour la première fois, ont eu cette réflexion surprenante : « est-ce vraiment un cocotier ? ». En effet, son aspect atypique incite à penser qu’il s’agit d’une autre espèce de palmier. Mais le Nain Niu Leka peut être croisé sans difficulté avec les autres cocotiers ; il appartient donc bien à la même espèce !
Deux nains verts compacts aux fruits très différents, à Raiatea
A Tubuai, dans les Australes, nous avons aussi observé plusieurs types de Nains Verts Compacts, dont certains produisaient de gros fruits.
Nain vert compact aux gros fruits de Tubuai
Certains nains verts compacts de Tubuai présentent une caractéristique florale très particulière. Le bout des épillets, qui d'ordinaire ne porte que des fleurs mâles, se termine par une fleur spéciale en forme de rosace que l'on ne rencontre pas chez les autres variétés. Ce caractère pourra être utilisé pour distinguer des variétés particulières de nains verts. Il faudra rechercher si on le retrouve aussi sur d'autres îles.
Fleurs anormales sur certains nains verts de Tubuai
Les nains compacts ont été décrits par les scientifiques pour la première fois à Fidji, dans l'île de Taveuni, à quelques kilomètres de la ligne de changement de date. En fait on ignore l'origine précise de ces nains, que l'on rencontre aussi aux Cook, à Samoa, à Tuvalu et probablement dans d'autres îles du Pacifique. A Fiji, il sont appelés Niu leka et à Samoa Niu le'ha.
A partir des Fidji, ce nain a été introduit dans la collection internationale de Côte d'Ivoire, en  Afrique de l'Ouest. Cependant cette introduction a subi une sélection très drastique, avec notamment une génération d'autofécondation qui a fortement restreint sa variabilité et sa productivité. Le Nain niu leka a fait l'objet d'une description scientifique publiée en Français dans notre livre "Cocotier, guide des variétés traditionelles et améliorées" et en Anglais dans le catalogue mondial des variétés de cocotier.
Planche variétale décrivant le Niu Leka en Côte d'Ivoire
En Côte d'Ivoire, la floraison du nain Niu Leka survient cinq à huit ans après plantation, alors que la plupart des autres nains fleurissent avant trois ans. La production ne dépasse pas trente fruits par arbre et par an.
En Côte d'Ivoire, l'inflorescence de ces nains est compacte, avec un pédoncule épais et des épillets courts. Avec le grand de Tahiti, ce nain est la variété qui, en Côte d'Ivoire, présente le plus grand nombre d'épillets par inflorescence.Les fleurs mâles et femelles d’une même inflorescence ne sont pas matures au même moment. Il arrive que l’autofécondation survienne entre deux inflorescences successives, par exemple après une forte pluie, mais cela est rare dans les conditions de Côte d’Ivoire.
La biologie moléculaire a confirmé que le Nain Niu Leka était génétiquement plus proche des grands des Fidji que des autres nains. Il s’agit bien, donc d’une nouvelle forme de nanisme tout à fait différente de celle observée chez, par exemple, les nains de type Malais ou les Haari Papua. Volumineux pour ceux d'un nain, les fruits sont de forme oblongue à arrondie, avec une assez forte proportion de bourre (43%). Leur couleur varie du vert au brun selon les arbres, raison pour laquelle le nom de la variété ne fait pas mention d’une couleur précise.  A l'intérieur du fruit, la noix presque sphérique contient une amande épaisse qui donne un coprah assez pauvre en huile (59%).
Le Nain Niu Leka a pourtant passionné plusieurs générations de chercheurs. Ses feuilles courtes permettaient d'envisager des densités de plantation élevées; la robustesse de son stipe et sa croissance lente semblaient intéressantes pour les zones sujettes aux cyclones. Le premier hybride de cocotier a été crée en 1926 par M. Maréchal, qui croisa les nains Niu Leka et Rouge de Malaisie. Depuis, de nombreux autres hybrides de Niu Leka ont été crées en Côte d’Ivoire, en Jamaïque et au Vanuatu. En fait, il aurait mieux valu travailler sur les nains compacts présents en Polynésie Française, qui présente une variabilité beaucoup plus forte que le Nain niu leka exporté des Fiji.
Dans le futur, les variétés de cocotier dites « naines » seront de plus en plus utilisées par les agriculteurs. En effet les cocotiers de type grand sont assez dangereux ; les chutes de noix et de feuilles causent des dégâts, des gens peuvent tomber alors qu’ils grimpent, et parfois des cocotiers déracinés par des tempètes tombent sur les maisons. Les cocotiers nains offrent une grande facilité de récolte et une meilleure sécurité.
Il faudra donc concevoir un programme de recherche visant à caractériser et conserver les nains compacts de Polynésie Française, qui joueront un rôle considérable pour l'amélioration génétique future du cocotier. Ce programme demanderait environ six mois de travail étalés sur deux années.