.










.

2016/03/26

Les différents types variétaux rencontrés dans l'espèce Cocos nucifera

Les variétés traditionnelles

Parmi les quatre sortes de variétés traditionnelles de cocotier, deux sont très courantes et trois plus rares. les deux sortes de cocotier les plus courantes sont:

  • Les cocotiers de type Grand, qui représentent probablement 85 à 90% des variétés traditionnelles de la planète.
  • Les cocotiers de type "Nains Malais" qui représentent probablement 8 à 13% des cocotiers de la planète et sont actuellement en extension. On les appelle souvent tout simplement "Nains", mais il existe d'autres sortes de nains.

Les trois autres sortes, qui représentent chacune pas plus de 1% des variétés traditionnelles de cocotier, sont:
  • Les cocotiers de type "Nain Compact", très rares au niveau mondial, mais que l'on trouve essentiellement dans la région Pacifique.
  • Quelques rare variétés à la croissance intermédiaire entre Nain et Grand, comme par exemple le fameux "King Coconut" du Sri Lanka.

Les variétés modernes dites "hybride"

Ces variétés modernes résultent de croisements réa entre les différents types de variétés traditionnelles.


  • Le type le plus répandu est le croisement de "Nain Malais" avec des Grands. Par exemple l'hybride PB121 résulte du croisement entre le Nain Jaune Malais et le Grand Ouest Africain.
  • Plus rarement, on trouve des croisements de type "Grand x Grand"
  • Encore plus rarement quelques croisements de type "Nain Malais" x "Nain Malais"
  • Les autres types d'hybrides restent anecdotiques et ne se rencontrent que dans quelques rares station de recherche. 

D'aspect relativement lisse et de couleur claire, le tronc des cocotiers porte des marques régulières : chaque feuille produite par l'arbre laisse une cicatrice en forme de croissant. L'écart entre ces cicatrices permet de distinguer les deux types de cocotier : les Grands et les Nains. Chez les Grands, l'écart entre deux cicatrices foliaires est supérieur à 5 cm. Chez les Nains, il ne dépasse pas 2,5 cm.

Le tronc ou stipe s'élargit quelquefois à la base et forme un bulbe qui augmente sa résistance, notamment aux cyclones.

Les bases de la production de semences de cocotier








Mode de reproduction du cocotier
Chaque cocotier est bisexué et produit des inflorescences comprenant à la fois des fleurs femelles et des fleurs mâles. Il peut donc se féconder lui-même ; la plupart des cocotiers Nains se reproduisent d’ailleurs de cette façon. Chez les cocotiers Grands, les mécanismes de la fécondation sont plus complexes. Pour les décrire, il faut commencer par deux définitions : la phase femelle d'une inflorescence correspond à la période pendant laquelle les fleurs femelles sont réceptives ; la phase mâle commence dès l'ouverture de l'inflorescence et s'achève à la chute de la dernière fleur mâle. Chez certaines variétés, toutes les fleurs mâles mûrissent et tombent avant que les fleurs femelles ne soient réceptives. Dans ce cas, la fécondation est croisée : elle fait nécessairement intervenir deux parents différents. Mais un autre phénomène complique encore ce mécanisme. Il existe aussi des possibilités de fécondation entre les deux inflorescences successives d'un même arbre. La phase femelle d'une inflorescence donnée peut coïncider partiellement avec la phase mâle de l'inflorescence suivante. Le cocotier est donc une espèce où coexistent différents modes de reproduction.