.










.

2011/04/18

Quatre variétés de cocotier ha'ari papua


Deux variétés de ha'ari papua rouges à Raiatea
Durant les missions effectuées à Raiatea en 2006 et à Tahiti en 2009, nous avons eu la surprise d'identifier quatre variétés de cocotier ha'ari papua alors que la littérature scientifique ne signalait qu'une variété de ce type en Polynésie Française.

Vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir.

ha'ari papua signifie cocotier de Papouasie. Depuis plusieurs siècles, les marins polynésiens et mélanésiens ont voyagé à travers l’océan Pacifique en emportant leurs plantes. Ces variétés proviennent donc très certainement de Papouasie Nouvelle Guinée, mais nous ignorons la date de leur introduction en Polynésie Française. Le fait que trois variétés aient été retrouvée à Raiatea nous incite a penser que cette introduction est assez ancienne et date probablement de 100 à 200 ans.


Deux variétés de ha'ari papua Rouge à Raiatea
Parmi les trois variétés, celles aux fruits rouges sont assez communes, avec plusieurs centaines de cocotiers disséminés en Polynésie Française. La variété aux fruits jaunes est plus rare, nous n'avons pas observé plus d'une dizaine d'arbres en Polynésie. Enfin la variété verte est extrèmement rare, nous avons observé un unique individu mais Mme Dominique Pétras nous a dit en 2008 en avoir observé un autre et avoir planté quelques semences dans son jardin.


ha'ari papua jaune de Raiatea et vert de Tahiti

La plupart des cocotiers ha'ari papua jaunes et rouges se distinguent par l'existence d'une couleur rose interne dans les jeunes fruits, tel que montré dans la photographie ci-dessous. Nous ignorons s'il est de même pour la variété verte. Nous recommandons fortement de choisir pour la replantation des arbres qui présentent ce marqueur rose. On les reconnait sur les semences: le petit germe qui sort de la noix est rose bonbon lorsqu'il mesure moins d'un centimètre; les pointes des racines présentent une couleur rose interne.

Couleur rose à l'intérieur des jeunes fruits d'un ha'ari papua jaune
ha'ari papua jaune de Raiatea
Le ha'ari papua rouge a été introduit en Côte d'Ivoire, pays d'Afrique de l'ouest dans les années 1980, dans le cadre d'un échange de matériel végétal avec la Polynésie Française. Les scientifiques l'ont nommé "Nain Rouge de Tahiti" malgré son origine papoue. Les arbres plantés en Côte d'Ivoire ont été ensuite décrits dans le livre "Cocotier, guide des variétés traditionnelles et améliorées" (disponible en Français et Anglais), et dans le catalogue mondial des variétés de cocotier (disponible en Anglais seulement). 

Planche du livre "Guide des variétés..."
En Côte d'ivoire, ce Nain est le plus petit de tous les cocotiers. Huit ans après la plantation, son tronc ne dépasse pas un mètre de hauteur en moyenne. Ensuite sa croissance reste inférieure même à celle du Nain Vert du Brésil. Ses feuilles souples aux folioles longues lui donnent une silhouette particulière, qui permet de distinguer cette variété des Nains malais.
Comme chez le Nain Jaune de Malaisie, les fleurs mâles et femelles de l’inflorescence sont à maturité au même moment. L’autofécondation est donc de règle.
Les régimes sont des grappes de petits fruits suspendus au bout d’un long pédoncule. Encore jeunes, ces fruits ovales revêtent une couleur rouge orangée soutenue. A complète maturité, ils présentent un téton petit mais bien dessiné. A l’intérieur du fruit la noix est ronde ; elle devient parfois pointue dans sa partie distale si l’arbre souffre de sécheresse. La noix est pauvre en eau à maturité. En Côte d’Ivoire, pour un fruit mature d’un poids moyen de 200 grammes, on observe 70 grammes d’amande et seulement 7 grammes d’eau en moyenne sur des cocotiers âgés de 6 à 7 ans. Cette amande est par contre riche en huile. La germination des semences, plutôt lente pour un Nain, n’atteint pas un taux élevé.
En Côte d’Ivoire, le Nain Rouge de Tahiti débute sa floraison quatre ans et quatre mois après la plantation, soit plus de deux ans après le Nain Jaune de Malaisie ; il produit une soixantaine de fruits par arbre et par an, soit trente fruits de moins que le Nain Jaune.
En Polynésie, ce Nain sert essentiellement à la décoration des jardins. Sur des sols volcaniques bien arrosés, certains cocotiers portent parfois plusieurs centaines de petits fruits, laissés longtemps sur l’arbre, et finalement assez peu consommés. La fonction du Nain Rouge de Tahiti se rapproche peut être de celle des cocotiers dit « wedding» (littéralement cocotier de noces) des îles Tuvalu. Lorsqu’il y a trop d’invités et pas assez de grosses bonnes noix de coco à boire, on distrait les invités en leur offrant ces jolis petits fruits disponibles en grand nombre.
Du fait de sa floraison tardive et de sa production faible, le Nain Rouge de Tahiti a peu été utilisé dans les programmes de création variétale. En Côte d’Ivoire, il a cependant été hybridé en 1993 avec quatre autres variétés.

Identification
Le Nain Rouge de Tahiti se distingue facilement des autres types de Nains Rouges. Sa couleur est plus intense que celle des Nains de Malaisie et du Cameroun.
De plus, c’est à notre connaissance le seul cocotier aux noix rouges dont les fleurs, les jeunes fruits et l’extrémité des racines possèdent une coloration rose interne des tissus, à l'exception du nain rouge compact qui vient d'être décrit en Polynésie (article sur ce site).
En Papouasie-Nouvelle-Guinée et au Vanuatu, on rencontre plusieurs Nains tout aussi rouges que celui de Tahiti. Ils s’en distinguent cependant par leurs fruits pointus, qui possèdent un téton très proéminent, ou par l’absence de couleur rose interne des tissus.